L’immunothérapie, une solution d’avenir contre le cancer

Savez-vous qui a obtenu le prix Nobel de médecine l’année dernière ? Et pour quelles découvertes ?

Comme (presque) toujours celui-ci a été décerné conjointement, à deux chercheurs spécialisés dans une nouvelle voie thérapeutique contre le cancer : l’immunothérapie.

A gauche, le japonais Tasuku Honjo, chercheur à l’université de Kyoto.

A droite, l’américain James Allison, chercheur à l’université du Texas.

© Wikipédia, Gerbil, CC By-SA 3.0 / CC By 4.0

L'immunothérapie, quel est le principe ?

Le principe est simple : il s’agit de stimuler le système immunitaire du patient pour que son corps élimine de lui-même la tumeur cancéreuse. Celui-ci est normalement programmé pour reconnaître les corps étrangers (virus, bactéries…) ; mais bizarrement, il ne parvient pas à vaincre le cancer, pourtant constitué de cellules devenues étrangères après une mutation génétique.

Les chercheurs se sont longtemps demandé pourquoi, sans vraiment trouver la réponse à jusqu’à ces dernières années. Ils ont quand même expérimenté dès les années 70 différents moyens pour « activer » le système immunitaire :

  • injection du BCG (le vaccin anti tuberculose) ou de globules blancs cultivés en laboratoire ;
  • administration de substances chimiques stimulantes ;
  • « vaccin » à base de cellules cancéreuses prélevées sur le patient, puis rendues inoffensives, suivant le même principe qu’un vaccin classique contre un microbe.

Toutes ces tentatives n’avaient malheureusement pas produit le succès escompté. Tout se passait comme si la tumeur était invisible pour le système immunitaire.

Et comment fonctionne-t-elle ?

Les choses ont commencé à changer dans les années 90 lorsque des chercheurs ont commencé à mieux comprendre comment fonctionne le système immunitaire. Les deux lauréats du prix Nobel 2018 ont chacun de leur côté mis en évidence deux phénomènes :

  • James Allison et son équipe ont découvert une protéine spécifique (appelée CTLA4) qui régule la réponse immunitaire. Située dans la membrane de certains globules blancs (les lymphocytes T), elle empêche ces derniers de trop se multiplier, afin qu’ils ne finissent pas par attaquer l’organisme après avoir vaincu une maladie. Ils ont donc eu l’idée de bloquer cette protéine, ce qui permet aux lymphocytes de se développer davantage et d’aller attaquer la tumeur.
  • Tasuku Honjo et son équipe ont de leur côté découvert une autre protéine (appelée PD1), elleaussi située dans la membrane des  lymphocytes T. Cette protéine entraîne dans certains cas l’autodestruction des lymphocytes … et il s’avère que des cellules cancéreuses arrivent à activer cette autodestruction pour se protéger ! Leur idée a donc été de la bloquer, ce qui s’est avéré làaussi efficace.

Un peu d’histoire

En réalité, le principe de l’immunothérapie remonte à loin. Le médecin américain William Colley (1862-1936) avait remarqué par hasard à la fin du XIX° siècle que certains cancers avaient disparu miraculeusement après que le patient a subi une forte infection à streptocoques.

Il tenta alors d’injecter à des malades déclarés condamnés un mélange de bactéries affaiblies pour stimuler leur système immunitaire.

Cela fonctionna dans certains cas … à condition que le patient ne meure pas de l’infection entre-temps !

Ces travaux précurseurs tombèrent dans l’oubli avec l’apparition de la radiothérapie peu après.

 

En pratique où en est-on ?

Europe 1 – « L'immunothérapie est la nouvelle voie dans la lutte contre le cancer"

L’immunothérapie est un traitement assez nouveau, mais qui connaît un développement rapide. Cependant, il ne s’agit pas d’un remède miracle. Ses effets secondaires sont potentiellement importants, et les protocoles de traitement sont encore à affiner, notamment sur la durée.

  • Quels cancers ?

Les essais ont d’abord porté sur les cancers qui se traitent mal, en particulier sur le mélanome malin (cancer de la peau). Les traitements sont peu à peu étendus à d’autres formes de cancer, avec des réussites prometteuses sur celui du poumon, mais aussi ceux de la tête et du cou (sinus, bouche, larynx, etc.). L’immunothérapie contre le cancer du rein a aussi obtenu une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché, qui valide son utilisation thérapeutique). La liste devrait s’allonger dans les années à venir.

  • Quels traitements ?

Les traitements reposent sur l’administration d’anticorps monoclonaux, c’est-à-dire produits en laboratoires à partir d’un clone de cellule. Ils sont administrés en intraveineuse et ont pour nom nivolumab ou pembrolizumab (anti PD-1) et ipilimumab (anti CTLA-4). L’injection dure généralement entre 60 et 90 minutes toutes les deux à trois semaines, avec une adaptation du traitement en fonction des effets secondaires et de l’efficacité.

Ces produits peuvent être administrés conjointement, avec une efficacité accrue mais également plus de toxicité pour l’organisme. Les médecins essaient donc actuellement de trouver le bon niveau entre avantages et inconvénients de ce type d’association.

  • Et les méthodes habituelles ?

L’immunothérapie s’utilise en principe en complément des méthodes éprouvées que sont la radiothérapie (brûlure de la tumeur aux rayons X), la chimiothérapie (attaque par des produits chimiques ciblant les cellules à détruire) et bien sûr la chirurgie (ablation de la tumeur par opération). Pour certains cancers comme le lymphome, elle pourrait peut-être un jour être utilisée seule, mais les traitements privilégient à l’heure actuelle une combinaison de méthodes.

***

Bonus : testez-vos connaissances

Etes-vous incollables sur le prix de Nobel de médecine ? C’est le moment de le vérifier !

  1. Quel est le nom complet du prix Nobel de médecine ?

  1. « Prix Nobel de médecine et de biologie »
  2. « Prix Nobel de médecine et de physiologie »
  3. « Prix Nobel de médecine » tout court !

  1. Combien de fois la France a-t-elle obtenu de lauréats ?

  1. 7
  2. 13
  3. 20

  1. Qui a été le premier français à le recevoir ?

  1. Charles Louis Alphonse LAVERAN
  2. Alexis CARREL
  3. Charles RICHET

  1. Et qui est le/la dernier(e) lauréat(e) de notre pays ?

  1. Françoise BARRE-SINOUSSI
  2. Luc MONTAGNIER
  3. Jules HOFFMANN

Réponses

  1. La bonne réponse était …  « prix Nobel de médecine et de physiologie ». Il honore chaque année depuis 1901 des personnalités du monde médical ou de la recherche en biologie, avec à la clé un prix de 8 millions de couronnes suédoises, soit un peu moins de 900 000 euros.

  1. La bonne réponse est 13. Le premier rang est tenu de loin par les Etats-Unis, avec 97 lauréats (dont un certain nombre de chercheurs naturalisés). La France est au 4ème rang, derrière le Royaume-Uni (29), l’Allemagne (20) mais devant la Suède (7).

  1. C’est Charles Louis Alphonse LAVERAN qui a eu l’honneur de cette première distinction, en 1907, pour ses travaux sur le parasite responsable du paludisme.  Alexis CARREL et Charles RICHET lui ont succédé, respectivement en 1912 et 1913, le premier pour ses travaux sur la transplantation (organes et vaisseaux sanguins) et le second pour ses recherches sur l’anaphylaxie (réaction allergique violente).

  1. Le dernier lauréat français de ce prix est Jules HOFFMANN, en 2011, qui l’a reçu en compagnie de deux autres chercheurs américain et canadien. Ses recherches portent sur le système immunitaire inné (réaction immunitaire immédiate). Quant à Françoise BARRE-SINOUSSI et Luc MONTAGNIER, ils sont célèbres pour avoir été récompensés en 2008 pour leur découverte du VIH en 1983 (virus du SIDA).

***

Vous voulez réagir ? Comme toujours, n’hésitez-pas à nous contacter !

  • Par téléphone au 03 20 47 62 00 - du lundi au vendredi  entre  8h30 à 17h30
  • Par courriel : contact@mutuelle-gsmc.fr
  • Ou encore en nous écrivant à : Mutuelle GSMC - Héron parc - 40 rue de la vague - CS 20455 -59658 Villeneuve d'Ascq.

 

Veuillez patienter

Rafraîchir la page - Contactez-nous

Parrainez vos proches et bénéficiez de 30 euros de chèques cadeaux !

Parrainez jusqu'à 3 de vos proches et bénéficiez à chaque fois d'un chéquier cadeau de 30 € offert pour vous et votre filleul !

Votre mutuelle à votre écoute :

Contactez-nous par email
contact@mutuelle-gsmc.fr

03 20 47 62 00
Du lundi au vendredi
de 8h30 à 17h30

Héron parc
40 rue de la vague
CS 20455
59658 Villeneuve d'Ascq