L’APA, le sport qui s’adapte à vos besoins

http://1.bp.blogspot.com/-Buc9lJsn2M0/U1jrm7FrHMI/AAAAAAAAAFw/NV9a6Qocd44/s1600/sport+sant%C3%A9+EAPA+APA+STAPS.jpgDans une de nos dernières actualités, nous vous présentions une grande nouveauté : le sport sur ordonnance.

Depuis 2017, les médecins peuvent en effet prescrire aux personnes en affection longue durée (ALD) de « l’activité physique adaptée », appelée APA. Mais quelles activités se cachent derrière ce sigle ?

 

L'APA : des pratiques très variées

L’APA, ou plutôt « les » APA sont des activités physiques basées sur la motivation et les aptitudes des personnes à qui elles s’adressent, c'est-à-dire des personnes qui rencontrent un déficit physique (durable ou temporaire), des difficultés psychiques, ou même sociales - par exemple, des personnes en situation de grande vulnérabilité, comme des femmes battues accueillies en foyer d’hébergement.

Ces activités physiques sont extrêmement variées car elles sont adaptées à la situation de chacun. Elles comprennent des activités rééducation et de réadaptation – par exemple pendant la phase de récupération qui suit un accident - mais aussi des séances axées sur l’éducation aux bonnes pratiques corporelles ou à la prévention.

Rééducation et réadaptation : quelle différence ?

Il existe plusieurs approches. Classiquement, on distingue :

  • La rééducation, qui a pour but de corriger une déficience récente, par exemple lorsque vous réapprenez à vous servir correctement de votre cheville après une immobilisation.
  • La réadaptation, qui a quant à elle pour but de limiter les conséquences d’un handicap. Par exemple, vous ne pouvez plus vous servir de votre bras droit, vous allez donc apprendre à vous servir de votre bras gauche.

L’APA est également de plus en plus présente dans les EHPAD pour prévenir la perte d’autonomie des personnes âgées, et bien sûr dans les établissements accueillant des personnes en situation de handicap, pour qui elle est particulièrement indiquée. Regardez par exemple ce que cela peut donner avec des personnes âgées :

Atelier « jeux collectifs et coordination », atelier « mémoire et expression corporelle » (proche du théâtre), exercices de marche, mobilisation articulaire, maintien de la masse musculaire, etc. : l’APA se décline de plein de manières.

L'APA : des pratiques déjà anciennes, confiées à des professionnels reconnus

C’est en 1977 que le concept d’APA a été introduit au Québec, avant d’essaimer en Europe. Il est officiellement reconnu en France en 1992 par le ministère de l’Enseignement Supérieur, ce qui a permis la structuration d’une filière complète de formation. Les éducateurs et coachs en APA sont des professionnels diplômés, au moins de niveau licence, voire de master : vous êtes entre de bonnes mains !

Mais ils ne sont pas les seuls à mettre en œuvre ce type d’activités. Lorsque les limitations fonctionnelles sont sévères, les professionnels auxquels elles sont confiées sont les kinésithérapeutes, les ergothérapeutes et les psychomotriciens.

Kiné, ergo, psychomot’ : de quoi parle-t-on ?

Ces trois professions de santé concourent chacune aux actions de rééducation et de réadaptation, et à la mise en œuvre de l’APA.

  • Les kinésithérapeutes œuvrent à la rééducation du mouvement et de la posture afin de retrouver l’usage d’une fonction altérée. Les techniques qu’ils utilisent sont par exemple le massage, le renforcement musculaire, la balnéothérapie, et différents moyens physiques comme les ultrasons, les courants électriques, etc.
  • Les ergothérapeutes travaillent sur l’autonomie et l’indépendance de la personne dans son environnement quotidien. Ils mettent donc l’accent sur des activités de la vie courante (loisirs, soins personnels) et sont également chargés de la confection d’appareillages pour compenser la perte d’une fonction.
  • Les psychomotriciens développent une approche globale de la personne, suivant l’idée que gestes et psychisme sont liés. Ce sont des spécialistes des troubles psychomoteurs (par exemple : troubles de l’attention, mouvements anormaux), qui travaillent via des activités de médiation corporelle : peinture, danse, relaxation, activités rythmiques, etc.

Ces trois types de professionnels sont donc complémentaires au sein du parcours de réadaptation, individualisé en fonction des problèmes de chaque patient.

Et avec votre mutuelle GSMC, selon votre contrat, les prestations de ces professionnels peuvent être prises en charge pour tout ou partie.

APA et maladie : quelques exemples

Avec la reconnaissance du sport sur ordonnance, de plus en plus de disciplines sportives se déclinent à présent dans une version APA, offrant ainsi la possibilité à chaque malade de trouver une activité qui lui convient. 

C’est par exemple le cas du tennis de table, qui a l’avantage de solliciter de nombreuses fonctions : équilibre, adresse, repérage dans l’espace, et bien sûr endurance, avec une alternance de phases intenses et de phases de récupération. Désormais rebaptisé « Ping santé », il comporte très peu de contre-indications médicales et semble particulièrement bien adapté face aux symptômes de la maladie de Parkinson, mais aussi à d’autres troubles neuro-dégénératifs comme la maladie d’Alzheimer.

(attention : vidéo en anglais)

Au-delà d’une activité en particulier, le sport est donc préconisé comme traitement, ou en parallèle d’un traitement, dans de plus en plus de maladies. C’est notamment le cas après une greffe. Si vous êtes concernés, l’association Trans-Forme accompagne depuis le début des années 90 les  personnes transplantées dans leur activité sportive. Devant le succès, elle organise même désormais des « Jeux mondiaux des athlètes greffés ».

De son côté, la Société française d’APA a tenu son premier atelier collaboratif sur le sujet « cancer et activité physique » à l’automne 2018, pour accompagner le développement des prescriptions d’APA pendant la phase de traitement de cette maladie. Le temps est donc loin où l’on préconisait le repos.

Maladies chroniques, vieillissement, handicap, troubles psychiques, difficultés sociales … l’APA est partout ! Et même si vous n’êtes pas concernés, n’oubliez-pas qu’une activité physique régulière est recommandée (30 minutes modérées à intenses trois fois par semaine par exemple). Ce qui tombe bien, car c’est bientôt le printemps : vous n’avez plus d’excuses !

 

***

Pour en savoir plus :

Le site apa-santé.fr présente en quelques rubriques courtes ce qu’est l’APA, avec différentes pages thématiques : personnes en situation de handicap, personnes âgées,  psoriasis, santé mentale, etc.

La Société française des professionnels en APA (SFP-APA) a publié un premier rapport en 2018 sur l’activité physique et le cancer. La synthèse en est disponible ici (23 pages), ou le rapport complet (72 pages).

Et comme toujours, n’hésitez-pas à nous contacter !

  • Par téléphone au 03 20 47 62 00 - du lundi au vendredi  entre  8h30 à 17h30
  • Par courriel : contact@mutuelle-gsmc.fr
  • Ou encore en nous écrivant à : Mutuelle GSMC - Héron parc - 40 rue de la vague - CS 20455 -59658 Villeneuve d'Ascq.

Veuillez patienter

Rafraîchir la page - Contactez-nous

Parrainez vos proches et bénéficiez de 30 euros de chèques cadeaux !

Parrainez jusqu'à 3 de vos proches et bénéficiez à chaque fois d'un chéquier cadeau de 30 € offert pour vous et votre filleul !

Votre mutuelle à votre écoute :

Contactez-nous par email
contact@mutuelle-gsmc.fr

03 20 47 62 00
Du lundi au vendredi
de 8h30 à 17h30

Héron parc
40 rue de la vague
CS 20455
59658 Villeneuve d'Ascq